Série des 100…

Il y a quelques jours, à la radio, j'ai entendu Jacques Attali parler de son livre "Les Chemins de l'essentiel". Il disait que l'idée, c'était de lister 100 livres, 100 films, 100 tableaux, 100 œuvres musicales, etc. qu'il faudrait avoir lus, vus, entendus - des "indispensables".

Je n'ai ni le budget ni l'envie particulière d'acheter le livre - et la liste d'un autre.

Je pense que chacun peut se faire sa liste - et gagnerait grandement à le faire.

Je pense aussi que, quoi qu'on puisse penser d'Attali, quand il dit quelque chose, il faut tendre l'oreille.

Comprendre le monde est, il a raison, plus que jamais, dans un contexte de mondialisation galopante, essentiel.

Je suis persuadée que qui n'essaie pas manquera le coche, et que lutter contre l'abrutissement ambiant est même un moyen de survie... de survie mentale.

J'avais lu un essai de Virginia Woolf sur le roman anglais et le roman russe. Elle expliquait que, sans une compréhension profonde, née soit d'une fréquentation assidue de la littérature russe, soit d'une connaissance de sa langue (pour la lire en version originale) et de sa culture, on ne pouvait comprendre réellement une pièce de Tchekov ou un roman de Dostoïevski.

Ou alors, il fallait un raccourci - une sorte de petite baguette magique - indispensable pour "habituer l’œil" aux nuances de cette littérature particulière : comprendre que le roman russe est un "roman de l'âme", et non des faits.

Comment comprendre le Mexique sans les toiles de Diego Rivera et Frida Kahlo ? Comment comprendre l'URSS sans avoir une idée de sa démesure géographique et un aperçu de son histoire, mais aussi sans lire Tolstoï et Soljenitsyne, écouter Tchaïkovski, saisir ce qu'est l'église orthodoxe, en visiter une, regarder les ballets russes, voir Le Cuirassé Potemkine, contempler les tableaux de Kandinsky et de Chagall ?

Je ne sais si, dans certains domaines, j'arriverai à cent. Je me doute déjà que j'irai au-delà des cent livres. Je ne suis pas sûre encore de pouvoir visiter cent lieux. Mais quoi qu'il en soit, je trouve le programme stimulant.

Et, face aux challenges du monde, et de l'actualité - indispensable.

Leave a Comment

fr_FRFrench